Malgré la recrudescence de l'épidémie ces dernières semaines due à l'arrivée du variant Omicron, le porte-parole interfédéral Covid-19 pour la Flandre se montre optimiste pour l'avenir. Invité sur le plateau de VTM Nieuws, celui-ci appelle cependant à la patience.

Selon lui, il est encore trop tôt pour considérer que le variant Omicron se rapproche d'un virus tel que la grippe, comme l’avançait dernièrement le virologue Marc Van Ranst. “L’Omicron peut encore provoquer des maladies graves, on le voit notamment chez les personnes non vaccinées”, déclare-t-il. Néanmoins, à terme, il estime que l'approche par rapport à la maladie pourrait effectivement évoluer. “Nous n’aurons plus besoin de procéder au suivi des contacts ou à des quarantaines préventives. Mais ce sera un processus graduel et ce n’est pas encore pour tout de suite”.

Si les prochains mois s'annoncent encore compliqués, le porte-parole interfédéral prédit une amélioration au printemps. “Je pense que nous allons avoir un très beau printemps et un très bel été. Même si l’automne et l’hiver prochains, nous serons encore confrontés à une autre période d’incertitude”, explique-t-il.

Dans un avenir plus lointain, le virologue estime que la situation devrait s'améliorer d'année en année grâce à l'immunité collective. “Notre immunité sera de plus en plus forte et on pourra dire à un moment que la pandémie est derrière nous. Mais, pour l’instant, il y a encore trop d’incertitudes”.