Une plainte a été déposée pour incitation à la débauche dans un lieu public.

Le bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Philippe Close, a félicité mardi soir via Twitter sa police pour avoir intercepté le camion publicitaire faisant la promotion du sugar dating. La porte-parole de la police de Bruxelles-Ixelles a confirmé l’information en précisant que le camion avait été arrêté avenue de Madrid à Laeken.

À l’initiative du procureur du Roi, un procès-verbal a été rédigé, mardi, à charge de X pour "incitation à la débauche d’une personne majeure dans un lieu public". Une enquête a été lancée afin de déterminer si la campagne publicitaire Rich meet beautiful est constitutive d’une infraction pénale.

C’est dans le cadre de cette enquête que les services de police de la zone Bruxelles-Ixelles ont recherché activement la voiture et sa remorque, qui portait la publicité. À leur interception, le chauffeur et son passager ont été identifiés. Ils n’étaient pas connus de la justice et ont collaboré avec les services de police. Ils ont ensuite été relâchés.

La bâche publicitaire a été saisie et sera déposée au greffe correctionnel. L’enquête se poursuit afin d’identifier le responsable de la campagne publicitaire.

Le ministre-Président bruxellois Rudi Vervoort a pris mercredi matin un arrêté pour interdire la publicité controversée sur tout le territoire de la Région, afin de ne "pas laisser les bourgmestres seuls face à de tels actes intolérables" et pour éviter des incohérences entre les communes.

La campagne qui incite les jeunes étudiantes à rencontrer des hommes riches via un site de rencontre pour financer leurs études a déjà été interdite par plusieurs communes, à commencer par Watermael-Boistfort, Ixelles et Bruxelles-Ville.

La secrétaire d’État bruxelloise à l’Égalité des chances, Bianca Debaets, a par ailleurs annoncé qu’elle comptait déposer plainte auprès du parquet, de la même manière que le syndicat étudiant Unecof.

La Fédération des étudiants francophones (Fef) a également communiqué à ce sujet. "Nous demandons à tout pouvoir politique, et particulièrement à la ministre néerlandophone de l’Enseignement supérieur, Hilde Crevits, ainsi que la secrétaire d’État pour l’Égalité des chances, Zuhal Demir, de prendre position, de manière urgente, sur cette campagne. Il est essentiel que des solutions structurelles et concrètes soient avancées !", réclament-ils.

Une plainte a également été transmise au Jury d’éthique publicitaire.