Le Ministre-Président Elio Di Rupo prend la parole un peu après 10 heures pour le traditionnel discours sur l'état de la Wallonie. "La force peut naître de l'adversité et des souffrances. L'adversité et des souffrances, la Wallonie n'en a pas manqué ces derniers temps", a débuté Elio Di Rupo, mentionnant notamment les inondations et la guerre en Ukraine. "A chacun de ces moments, le gouvernement a agi très vite et avec détermination. Il a agi avec force car il ne veut laisser personne au bord du chemin. (...) Le gouvernement wallon a montré au pays et à l'UE que la Wallonie faisait preuve d'une grande résilience et pouvait désormais à nouveau se projeter dans l'avenir."

Le socialiste a salué l'évolution de la situation épidémiologique, mais il a appelé toutefois à la prudence. "Rien n'est acquis et nous savons qu'à tout moment l'épidémie est susceptible de reprendre", a mis en garde le ministre-président wallon, invitant à prendre la période actuelle comme un cadeau.  

Le débat aura lieu à partir de 14 heures. L'opposition avait déjà fait connaître son mécontentement quant au bilan de l'exécutif wallon, ce mardi 17 mai. "Le gouvernement wallon ne travaille pas assez vite", a estimé François Desquesnes, le chef de groupe Les Engagés.