Belgique

Dix-neuf subventions et indemnités destinées aux policiers ont disparu mais il faudra attendre quarante ans avant que la mesure ne produise des avantages financiers. 

L'Union des villes et communes de Wallonie (UVCW) et son pendant flamand (Vereniging van Vlaamse Steden en Gemeenten, VVSG) ont calculé que la suppression portera réellement ses fruits en 2063 seulement, rapporte mardi De Standaard. Pour les zones locales, financées par les autorités locales et qui emploient plus de deux tiers des agents, la suppression des primes occasionne une économie de 15 millions d'euros par an.

Toutefois, elle s'accompagne aussi de coûts supplémentaires, selon la VVSG et l'UVCW, car des mesures de transition ont été mises en place. Ainsi, à partir de l'an prochain et jusque 2022, les autorités devront débourser 20 millions par an, selon les représentants des villes et communes. Ensuite, elles devront dépenser 40 millions d'euros par an. Il faudra au total attendre environ 40 ans jusqu'à ce que les subventions et indemnités soient complètement éteintes et les dépenses éliminées.

"Les personnes en charge de notre sécurité doivent être correctement payées", souligne auprès du Standaard une porte-parole de VVSG. "C'est positif que cela s'opère d'une manière plus claire. Mais les coûts supplémentaires de cet accord négocié au niveau fédéral incomberont principalement aux autorités locales. Nous aurions voulu être impliqué dans le processus. Le fédéral interviendra pour une partie mais cela aurait été préférable qu'il le fasse pour l'entièreté."