Après des semaines de retard, il a finalement été possible pour les pharmacies de fournir des masques à la population au début du mois juin grâce à une commande de la Défense.

Pourtant, dès le départ, l'affluence pour ces masques n'a pas été au rendez-vous. La demande a été très faible comme on le confirmait à l'époque dans une pharmacie de Wolume-Saint-Lambert.

Neuf mois plus tard, la situation reste inchangée: "J'en ai reçu mille et il m'en reste la moitié que je garde jusqu'à ce qu'on me dise quoi en faire", explique la pharmacienne.

Au total, ce sont donc 3 millions de masques qui attendent aujourd'hui encore d'être distribués dans les pharmacies. Pire, dans la caserne militaire de Peutie, où le gros du stock est entreposé, ce sont près de 7 millions de masques qui n'ont pas trouvé d'acquéreur.

"Je trouve que c'est dommage. J'ai demandé aux uns et aux autres quels étaient leurs besoins", rapporte Ludivine Dedonder, ministre de la Défense, "Il est important que ces masques puissent être distribués à la population et le meilleur moyen sera certainement de leur donner directement dans les centres de vaccination", explique-t-elle.