Un député du Vlaams Belang a interpellé M. Jambon, également en charge de la Culture, sur la programmation du Beursschouwburg à Bruxelles consacrée au "Black History Month". Selon le député d'extrême-droite, la manifestation a donné lieu à l'expression d'un "racisme anti-blanc". Un député de la N-VA, Marius Meremans, est intervenu pour demander plus de diversité dans l'expression des opinions dans les théâtres. La présidente de la commission, Elisabeth Meuleman (Groen) s'est quant à elle inquiétée d'une volonté de la N-VA de s'immiscer dans la programmation des lieux culturels. Le député N-VA a voulu répliquer mais n'a pas reçu la parole, étant donné qu'il s'était déjà exprimé.

M. Jambon avait encore droit à une réplique mais a préféré donner une partie son temps de parole à son coreligionnaire. Ulcérée par cette attitude, la présidente s'en est allée. "Y a-t-il quelqu'un d'autre qui souhaite présider cette séance car, apparemment, un président n'a ici aucun pouvoir et les règles ne sont plus respectées? C'est bien mais ce sera sans moi", a-t-elle dit. Le reste de la séance a été présidé par le vice-président... M. Meremans.

La présidente du parlement a pris contact avec les différents protagonistes de l'incident et a rappelé à chacun les règles de l'assemblée. "Marius Meremans doit également suivre les règles et il ne peut pas prendre une partie du temps de parole du ministre-président", a-t-on expliqué au cabinet de Mme Homans.