Outre le prix demandé pour un demi-temps de midi, il dénonce d’autres suppléments facturés par l’école de Bellevue.

Sur les hauteurs de Namur, cela fait un moment que Thierry Beugnies trouve anormaux les choix et suppléments imposés par l’école de Bellevue. Il n’est pas le seul parent d’élève à se plaindre, mais tous n’ont pas eu envie de témoigner à visage découvert..

L’école maternelle et primaire a été inaugurée il y a tout juste quatre ans à la limite de Jambes et d’Erpent, Nous sommes dans l’enseignement officiel, donc. Mais on est loin de la gratuité, témoigne Thierry Beugnies.

"Pour que notre fils de 10 ans puisse s’asseoir pour manger, cela nous coûte 50 centimes par jour, qu’il s’agisse d’un repas tartines ou d’un repas chaud." Dans certaines écoles, c’est le prix d’un bon bol de soupe.

À Bellevue , son gamin qui vient d’entrer en 5e primaire n’a droit pour ce tarif qu’à un demi-temps de midi. "Il y a 600 élèves et 300 places dans le réfectoire, ce qui veut dire que la moitié des enfants attendent leur tour dehors pour manger, qu’il pleuve ou qu’il gèle." Ce papa estime qu’à la fin du mois la facture envoyée par l’école est démesurée. "Entre le repas chaud de midi, le droit de chaise et la garderie, on arrive à des factures mensuelles de 80 €. À titre de comparaison, mon fils aîné, qui est à l’internat en Flandre, nous coûte 250 € par mois, mais cela comprend trois repas par jour, le logement, les études surveillées et même les excursions dans des parcs d’attractions le mercredi après-midi !" souligne-t-il. D’autant que la pratique de certains sports est elle aussi en supplément. "C’est chouette qu’on les emmène au tennis tous les quinze jours, mais c’est un supplément de 2,50 € à chaque fois. Pour certaines familles, ça fait lourd. En plus, quand le gamin accroche et qu’il demande à pratiquer le tennis, c’est un loisir à 400 € par mois. Est-ce le rôle de l’école publique ?"

Autre problème souligné en masse par les parents de Bellevue, le prix de l’extrascolaire. Depuis qu’il a été confié à l’ASBL Promosport, le prix a grimpé en flèche. Certaines familles avec trois enfants ont vu la facture grimper de 800 € pour l’ensemble de l’année scolaire.

"On a beau nous expliquer que le tarif était très bas auparavant, que le service fourni est meilleur, la différence n’est pas flagrante sur place. Et les suppléments sont prohibitifs", estime Thierry Beugnies, qui cite l’exemple de ce papa coincé 45 minutes dans un embouteillage en revenant de Bruxelles. "À 1 € la minute de retard après 18 h, avec trois enfants dans l’école, il en a eu pour 135 €. Cette année, il a changé ses enfants d’école…"