C'est la menace lancée par les juges de la jeunesse de Bruxelles au ministre Koen Geens, face au manque criant d'effectifs !

Les juges de la jeunesse du tribunal de Bruxelles sont en colère ! Ils viennent d'adresser un courrier au ministre de la Justice Koen Geens, dans lequel ils dénoncent pour la énième fois le manque d'effectifs auquel ils font face depuis plusieurs années. Cette fois, les juges n'y vont pas par quatre chemins : si le ministre ne réagit pas, ils disent se voir contraindre dès lundi prochain de libérer tous les mineurs délinquants !

"A défaut de renfort immédiat de personnel, nous serons contraints, dès le 29 juin, de prioriser la prise en charge des mineurs en danger, sans plus pouvoir assumer celle des mineurs délinquants qui nous seraient déférés", écrivent-ils au ministre Koen Geens.

Le manque de greffiers et d'employés empêche le tribunal de la jeunesse francophone de Bruxelles d'assurer l'ensemble des missions de service public qui lui sont dévolues par la loi, estiment ces juges. Dès ce mardi, les greffiers ont déjà entamé, pour leur part, des arrêts de travail de 59 minutes. Des actions soutenues par les juges qui menacent donc d'agir dès lundi prochain.

En 2015 déjà, ces juges de la jeunesse avaient mené une action mais la réponse du ministre de la Justice ne fut qu'une "brève éclaircie" selon leurs termes.

"Jamais le nombre de greffiers et d'employés n'a été aussi bas". Il manquerait ainsi cinq greffiers à l'heure actuelle. "Pendant toute la crise du Covid, les employés, les greffiers et les magistrats ont pourtant donné le maximum pour continuer à faire fonctionner le tribunal", poursuivent les juges pour qui la coupe est désormais trop pleine.