Tout le travail est à refaire...

Belgique

Antoine Clevers

Publié le - Mis à jour le

Tout le travail est à refaire...
© Reporters

La préformation a échoué après le refus de la N-VA et du CD&V à la dernière proposition de Di Rupo

Elio Di Rupo n’a pu concilier l’inconciliable…

L'échec vu par les journaux flamands

Vidéo : la conférence de presse d'Elio Di Rupo

Politic Twist : le blog décalé sur la politique

BRUXELLES Il est 16 h 19, hier, lorsqu’un sms arrive à la rédaction de la DH . Deux mots lourds de conséquence : “Game over” .

La partie est terminée. Le préformateur, Elio Di Rupo (PS), n’a pas pu décrocher un accord sur le sort de l’arrondissement de BHV, le refinancement de Bruxelles et sur la révision de la loi de financement. Même scénario que le week-end dernier : refus de la N-VA et du CD&V.

Dans la foulée, le préformateur s’est rendu au Palais remettre sa démission au Roi. 18 h 23, un communiqué du Palais : “M. Di Rupo a demandé au Roi d’être déchargé de sa mission. Le Roi tient sa décision en suspens pendant la période de ses consultations”.

Pas de précipitation dans le chef d’Albert II. Ce n’est pas une surprise parce qu’“il n’existe pas de plan B” , comme le disaient des négociateurs. Le Roi va à présent rencontrer les présidents des partis politiques. Il a déjà vu hier soir celui du CD&V, Wouter Beke. Il continue aujourd’hui. Et il n’est pas exclu que l’Open VLD et le MR, tenus à l’écart des négociations, repointent le bout de leur nez.

Le Roi peut désigner un démineur, un explorateur, un réparateur, un réconciliateur… Toutes les hypothèses sont possibles. Une seule certitude : Di Rupo ne sera pas reconduit dans ses fonctions. “J’ai insisté pour être réellement déchargé de mes fonctions” , a-t-il précisé hier soir.

On peut présumer que certains présidents vont proposer au Roi de mouiller la N-VA, grand vainqueur des élections du 13 juin en Flandre. “Maintenant que le PS l’a fait pendant plusieurs mois, il apparaît logique que la N-VA reprenne le flambeau” , a déjà dit Wouter Van Besien (Groen !).

Il n’y a donc pas eu de miracle hier. Tous les voyants étaient déjà au rouge la veille. Peu d’observateurs – et de négociateurs, à commencer par Elio Di Rupo – croyaient encore à la réussite de la mission de préformation. Les négociations communautaires auront une nouvelle fois bloqué sur la quadrature du cercle institutionnel belge : BHV.

Di Rupo avait dit jeudi soir qu’il allait faire “une ultime proposition écrite” aux partenaires des négociations (PS, CDH, Ecolo, N-VA, CD&V, SP.A et Groen !). Dans un premier temps, il a encore rencontré Bart De Wever en tête à tête hier matin. Puis, direction la réunion plénière au cabinet du ministre Marcourt (PS).

Sur la table, la proposition tant attendue et concoctée par… le SP.A ! Elle prévoyait la scission de l’arrondissement électoral de BHV en échange d’un refinancement de la Région bruxelloise. 250 millions d’euros tout de suite. Le reste du montant, 500 millions au total, était lié à une révision profonde de la loi de financement.

En outre, des garanties devaient être accordées aux francophones des communes à facilités. Inacceptable, pour la N-VA et le CD&V… “C’est étonnant” , constate une source. “Parce que la proposition était très proche de celle faite par Dehaene en avril – qui est un membre du CD&V… Clairement, le parti a retourné sa veste” et est resté scotché à la N-VA.

La proposition présentée par Elio Di Rupo constituait une “véritable solution équilibrée” , ont réagi les deux coprésidents d’Ecolo, Jean-Michel Javaux et Sarah Turine. Qui ont dit regretter “profondément et amèrement” cet échec. Mais, le plus déçu, c’était évidemment Elio Di Rupo lui-même.

Des transferts de compétences pour 16 milliards d’euros ont été décidés, tout comme un cadre pour revoir la loi de financement ou sur BHV et Bruxelles. Il conclut : “Aujourd’hui, plus rien n’est acquis. Tout ce travail est probablement perdu et sera à refaire”.



© La Dernière Heure 2010

Newsletter DH Actu

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info