BRUXELLES Didier Reynders ne comprend pas les lenteurs de la réforme des institutions francophones. "L'état d'esprit du redressement de la Wallonie n'est toujours pas là. La Communauté française devrait être gérée depuis longtemps par des ministres wallons et bruxellois. Ils n'ont qu'à le décider. Que fait réellement M. Cerexhe auquel il avait été décidé de donner une mission de go between ?"

Pourtant, aucune décision n'a été prise en ce sens.

"C'est réellement un manque de courage politique. Je ne sais vraiment pas à quoi servent les trois ministres de la Communauté française qui ont le moins de compétences. Elles auraient pu être regroupées."

Et la politique urbanistique d'André Antoine ?

"Là, c'est grave, surtout dans le dossier de Paradisio où des travaux ont été effectués sans permis. L'un des deux a menti. Lui, ou le patron de Paradisio. Nous voulons en avoir le coeur net. Willy Borsus va demander une enquête et des explications via le Parlement. On ne peut pas laisser passer cela."

Vous croyez encore à la Coupe du Monde 2018 ?

"Évidemment, nous allons choisir cinq stades. Quatre de 40.000 places et un de 60.000 à Bruxelles. Je crois beaucoup au site de Schaerbeek. Nous trouverons une solution avec le privé et le fédéral interviendra via une aide fiscale plutôt que de mettre de l'argent."



© La Dernière Heure 2008