M. Van Grieken avait écrit sur Twitter que Stef Vonk décore sa maison "avec des posters de tueurs de masse comme Staline et de la propagande communiste".

Le président du Vlaams Belang avait aussu partagé un selfie de M. Vonk où on le voit poser devant un dessin de Staline accroché dans ses toilettes. "Est-ce le nouveau mouvement #Vooruit?", avait lancé M. Van Grieken.

Ce tweet date du 13 septembre dernier déjà, mais le patron du VB l'avait rediffusé cette semaine en réponse à une question de Stef Vonk demandant à la communauté Twitter une bonne photo de profil.

"Je lui ai suggéré d'à nouveau utiliser la photo où il pose fièrement avec des tueurs de masse communistes comme Lénine ou Staline. Il m'a alors bloqué et je suppose aussi dénoncé (auprès de Twitter). Mon compte est du coup verrouillé", explique M. Van Grieken au Laatste Nieuws.

Le réseau social lui reproche d'avoir enfreint ses règles d'utilisation, à savoir la diffusion d'images d'une personne résidant dans un pays où le droit à la vie privée est garanti pour une législation.

S'il souhaite retrouver le droit de s'exprimer sur le réseau à l'oiseau bleu, M. Van Grieken devra préalablement supprimer son message controversé, lui a indiqué Twitter.