Il est poursuivi pour le harcèlement de 13 femmes via des moyens de communication électroniques. 

Selon le ministère public, la suspension probatoire est exclue car Bart De Pauw nie les faits qui lui sont reprochés.