Devenu entrepreneur, l'ancien basketteur Pieter Loridon est plus connu en Flandre qu'en Wallonie. Dans les médias du nord du pays, l'homme de 49 ans fait beaucoup parler de lui. Et pas du tout pour de bonnes raisons. Sur les réseaux sociaux, il s'était demandé s'il était possible de "booster" délibérément son immunité.

En bonne santé, Pieter Loridon refuse de se faire vacciner. Sur Instagram, il avait annoncé ceci: "Je me suis délibérément laissé infecter. Je me suis enfoncé d'autres salives positives dans mon nez", a-t-il indiqué. Tout en ajoutant qu'il ne voulait pas faire "partie d'une société de vaccination". "Je dois bientôt partir à l'étranger pour mes affaires. Aujourd'hui, il est impossible de se passer du CST pour voyager. Je vais donc opter pour un stimulant naturel de mon système immunitaire qui fonctionne parfaitement contre les variants", a-t-il ajouté.

Des pratiques qui ont fait bondir Marc Van Ranst de sa chaise. "Une pure absurdité", a-t-il commenté pour Het Laatste Nieuws. "Et surtout totalement irresponsable. Depuis quand mettons-nous de la morve d'un autre dans son propre nez? Surtout lorsque l'on sait que le virus circule énormément et qu'il a déjà fait des morts après des clusters dus à certaines fêtes. De telles pratiques ne peuvent être prises au sérieux."

Wouter Beke a également réagi. Pour le ministre flamand de la Santé, les propos de Loridon sont irrespectueux. "Notre excellent système de santé prendra également soin de vous si vous vous retrouvez à l'hôpital", commence-t-il sur Facebook. "C'est cependant un incroyable manque de respect envers les nombreux soignants qui ont donné le meilleur d'eux-mêmes pendant deux ans dans des circonstances extrêmement difficiles", a-t-il conclu.