Alors qu'il s'inquiète des dernières tendances de l'épidémie en Belgique, Marc Van Ranst estime qu'il est désormais préférable d'effectuer les autotests, pas toujours fiables, dans la gorge plutôt que dans le nez. "Nous savons que le variant Omicron émerge d'abord dans la gorge et seulement ensuite dans le nez", a indiqué le virologue à VTM Nieuws. "Si vous prélevez des échantillons dans le nez au début du processus de la maladie, le virus n'y est pas encore présent. Mais lorsque vous combinez cela avec un prélèvement dans la gorge, vous avez plus de chances d'être testé positif".

Les autotests ont été particulièrement utilisés pendant les fêtes. "Beaucoup de personnes se sont testées. C'est une bonne chose", poursuit Marc Van Ranst. "De nombreuses personnes ont été testées positives et ont donc adapté leur comportement. Lorsque le processus de maladie dure plus longtemps, un prélèvement nasal est parfait".

Comme le précisent nos confrères flamands, seules l'Australie et l'Angleterre recommandent de faire un prélèvement dans la gorge, puis dans le nez. Mais l'Agence fédérale des médicaments (AFMPS) tient à rappeler que tous les autotests ne sont pas adaptés au prélèvement dans la gorge chez nous. "Un autotest est d'abord destiné au prélèvement nasal, on ne peut pas l'utiliser pour la gorge comme cela. Il faut toujours faire un autotest en suivant les instructions dans la notice. Sinon, il y a évidemment un risque plus élevé d'un résultat qui n'est pas fiable", insiste Olivier Christiaens de l'AFMPS.

Des autotests adaptés à la fois au nez et à la gorge seraient en cours de développement dans notre pays selon HLN.