Menée auprès de 20000 personnes à la fin du mois de mars 2021, l'enquête montre que le manque de contact social est de plus en plus difficile à supporter pour les Belges. "Ce mal-être social se traduit par des sentiments de solitude. Près d'une personne sur trois ressent une grande solitude, surtout les personnes d'âge actif qui se trouvent sans occupation professionnelle", précise Lydia Gisle, chercheuse chez Sciensano." À côté de cela, une personne sur quatre éprouve des troubles anxieux ou dépressifs".

D'après Sciensano, les jeunes adultes (18-29 ans) sont plus enclins à souffrir de problèmes psychologiques. Parmi les participants, 34% disent souffrir d'anxiété et 38% de dépression. Une personne sur quatre (26%) déclare même avoir eu des pensées suicidaires. Cette tranche d'âge est également la plus touchée par la violence domestique, elle aussi en augmentation, selon Sciensano.

Par rapport à la précédente enquête (décembre 2020), le respect des mesures sanitaires a diminué. La moitié (48%) des personnes qui affirment ne pas respecter les règles invoquent des mesures trop strictes. La restriction la moins respectée est la limitation des contacts rapprochés à une seule personne, suivie par la distanciation sociale.