Belgique

Aujourd’hui, la cause environnementale dépasse largement la sphère du sport et plus particulièrement du football. 

Plastique, déplacement en voiture, consommation d’eau, les clubs de football ne sont en effet pas en reste en matière de pollution. C’est pourquoi l’association des clubs de football francophones (l’ACFF) va prochainement instaurer le concept de "greencoach" au sein des clubs amateurs. "C’est un projet en construction qui répond à une nouvelle problématique : l’empreinte carbone émise par les clubs. C’est quelque chose qui n’a pas encore été abordé. On voulait donc se rendre compte de l’impact réel causé par les clubs", dévoile Antoine Rustin, chargé de projets sociaux à l’ACFF.

Pour mesurer ces données, l’association des clubs francophones est donc en train de mettre au point un outil capable de mesurer avec précision cet indice de pollution. "Il sera simple et basé sur un fichier Excel où un responsable environnement sera nommé par club et pourra calculer le nombre de kilomètres parcourus par l’équipe pour se rendre à l’entraînement et aux matchs. Mais aussi le nombre de douches prises, le nombre de bouteilles d’eau consommées. Tout cela donnera un chiffre total qu’il sera intéressant d’étudier et de comparer."

Après avoir été sélectionnée par l’UEFA suite à un appel lancé aux différents pays, l’ACFF va proposer des pistes et des solutions afin que nos clubs polluent le moins possible. On notera l’idée d’installer des fontaines à eau dans les clubs plutôt que des bouteilles plastiques, ou encore la création de systèmes de covoiturage entre les parents.