Un premier cas de la mystérieuse hépatite qui touche les enfants a été signalé en Belgique, indique samedi soir l'Organisation Mondiale de la Santé. A l'échelle mondiale, 169 cas ont été répertoriés, la plupart au Royaume-Uni (114). Tous les malades sont âgés entre 1 mois et 16 ans.

L'origine de la maladie est toujours inconnue, il ne s'agit en tout cas pas des hépatites classiques (de A à E). Un adénovirus n'est pas exclu.

L'OMS avait annoncé la semaine dernière ouvrir une enquête sur des dizaines de cas d'hépatite infantile grave d'origine inconnue survenus d'abord au Royaume-Uni et en Espagne, avant que d'autres cas n'apparaissent au Danemark, aux Pays-Bas et en Espagne. Dans l'État de l'Alabama aux États-Unis, neuf cas ont été signalés chez des enfants âgés de 1 à 6 ans. Ils ont tous été testés positifs à l'adénovirus.

Sciensano s'attend à d'autres cas possibles

L'institut scientifique de santé publique Sciensano s'attend à d'autres cas possibles, dans les semaines à venir, de l'hépatite aigüe qui a été identifiée pour la première fois dans notre pays. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a signalé samedi de nouveaux cas d'une forme inconnue d'hépatite chez des enfants, et pour la première fois, également en Belgique.

Sciensano a confirmé l'information. "Il s'agit d'un cas de maladie hépatique aiguë chez un enfant qui est similaire aux cas observés au Royaume-Uni", a expliqué le virologue Steven Van Gucht. La majorité des cas ont été identifiés au Royaume-Uni.

Il y a encore beaucoup d'incertitudes. L'institut de santé publique s'attend à d'autres cas. "Nous ne savons pas s'il y a une cause commune. On a trouvé de l'adénovirus dans les selles, mais ça pourrait aussi être une coïncidence. L'adénovirus est très fréquent chez les enfants. Nous avons demandé aux médecins de signaler également d'autres cas possibles. Il est très probable qu'il y aura plusieurs autres cas possibles dans les semaines à venir. Cela correspond à nos attentes", a commenté le virologue, samedi soir.

On ignore encore la cause de cette mystérieuse maladie du foie, a ajouté M. Van Gucht. "De plus, nous ne savons pas encore s'il existe une cause commune, et encore moins si elle aurait été provoquée par un virus. Nous en sommes encore au stade de la recherche".