L'agence de presse iranienne ISNA a diffusé la semaine dernière une information selon laquelle il serait exécuté prochainement, au plus tard le 21 mai. Il a été condamné par la justice iranienne, officiellement pour des activités d'espionnage, à l'issue d'un procès "inique et entaché de torture", selon l'organisation Amnesty International.

Dans ce courrier adressé à l'assemblée parlementaire iranienne et à son président, la Chambre et le Sénat tiennent "à réaffirmer (leur) opposition claire à toute forme de peine capitale", a indiqué Mme Tillieux, qui a lu un court extrait de cette lettre. "La peine de mort constitue un acte profondément inhumain pour lequel il n'existe aucune justification religieuse ou politique."

Jeudi dernier à la Chambre, le Premier ministre Alexander De Croo avait indiqué avoir demandé à s'entretenir avec le président iranien Ebrahim Raïssie.