Un tiers des élèves n'ont pas pris le chemin de l'école mercredi matin en Région bruxelloise au lendemain des attentats qui ont frappé la capitale, a indiqué mercredi la ministre de l'Education Joëlle Milquet, devant le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. 

"Globalement à Bruxelles, il y a un tiers d'absences", a confié Joëlle Milquet qui était interrogée en plénière par la députée Marie-Martine Schyns sur les effets et les mesures prises par le gouvernement après les attentats de mardi.

Selon un coup de sonde réalisé par la ministre, le taux d'absentéisme scolaire variait mercredi de 8 à 45% selon les communes bruxelloises.

"Je peux tout à fait comprendre cet absentéisme", a commenté Mme Milquet, pointant notamment les perturbations dans les transports en commun bruxellois ce mercredi ou la peur du public à les emprunter après les attentats de mercredi.

La ministre a assuré que ces absences ne seraient pas comptabilisées, chaque élève disposant d'un nombre limité de jours d'absence injustifiée.

Après les attentats de mardi à Bruxelles et le relèvement de l'alerte à son maximum (soit le niveau 4), la ministre de l'Education avait invité l'ensemble des écoles à remettre en oeuvre les mesures de sécurité et de prévention adoptées lors de la précédente alerte terroriste en novembre dernier.

Chaque accès des écoles doit ainsi être surveillé au début et à la fin des cours par une personne capable d'identifier chaque élève et chaque parent. Il est d'ailleurs recommandé aux établissements scolaires de ne laisser qu'un seul accès possible aux élèves. Toutes les portes doivent être fermées pendant les cours.