Un nouveau Comité de concertation se tiendra le 22 décembre, a-t-on appris de source gouvernementale ce jeudi midi. Si il est encore trop tôt pour anticiper les sujets qui seront sur la table de cette nouvelle réunion entre le fédéral et les entités fédérées, le président du cdH Maxime Prévot, lui, a d'ores et déjà annoncé qu'il ne plaçait pas beaucoup d'attentes en cet énième Codeco.

"Je n'en attends rien comme hélas, beaucoup de citoyens qui sont lassés de ce yo-yo permanent", a fustigé le bourgmestre de Namur au micro de LN24. "Il y a des dates annoncées, puis finalement, on les anticipe. Maintenant, la réunion est annoncée le 22 alors qu'on avait parlé du 15 décembre, et pour finalement annoncer quoi?", s'interroge-t-il. "Quelques heures avant le dernier Codeco, on annonçait un tour de vis majeur parce que l'état sanitaire se déplorait à une vitesse rapide. Et puis, finalement, ça a accouché d'une relative souris", rappelle encore Maxime Prévot. Les décisions prises vendredi dernier apparaissent en effet relativement édulcorées par rapport aux recommandations des experts du Gems, qui plaidaient notamment pour une fermeture de l'Horeca à 20h.

Et le président centriste d'insister: "Je pense qu'il y a aujourd'hui une perte majeure de crédibilité dans le chef des gestionnaires des différents gouvernements, ce qui fait que les citoyens sur le terrain ne s'y retrouvent plus, n'adhèrent plus."

"C'est déplorable"

Face à cette apparente cacophonie, le Namurois appelle au calme. "Je pense qu'il faut retrouver de la sérénité et de la hauteur de vue plutôt que d'être dans une surenchère permanente générée par les gouvernements eux mêmes, chacun y allant en fonction des postes qu'il occupe, de sa surenchère ministérielle. Et c'est déplorable."