Pour Didier Reynders, la réforme institutionnelle n'aboutira pas avant 2010

BRUXELLES Hier, Didier Reynders a pris le temps de faire le point pour vous sur l'institutionnel et sur la Wallonie. "Je suis désolé que Rudy Demotte refuse tout débat. Je regrette qu'à l'approche des élections régionales, le gouvernement wallon ne s'exprime que par des discours officiels ou des conférences de presse."

Que pensez-vous du rapport des médiateurs ?

"Ils ont réalisé de l'excellent travail et dans la discrétion. Leur rapport est consensuel. Il doit permettre d'avancer dans une réforme institutionnelle. Celle-ci n'aura toutefois pas lieu avant 2010. Elle ne commencera d'ailleurs vraiment qu'au lendemain des élections de 2009. Le médiateur, M. Lambertz, l'a d'ailleurs affirmé et personne ne doute de cela. À partir de ce moment-là, il conviendra de trouver des solutions négociées pour tous les points."

Pour les bourgmestres ? BHV ?

"Il faudra trouver une solution négociée pour Bruxelles-Hal-Vilvorde mais aussi pour la problématique bruxelloise en général, dont la question des limites de la capitale et la nomination de bourgmestres de la périphérie bruxelloise."

Avez-vous des craintes par rapport aux congrès de la NV-A et du CD&V ?

"Aucun. Mon agenda n'est pas dicté par la Flandre. Les francophones avancent à leur rythme. La NV-A prendra la décision qui lui convient. La semaine suivante, le CD&V agira en âme et conscience. Nous tirerons évidemment les enseignements de tout cela."

Du côté flamand, il y aura les nationalistes Anciaux et Bourgeois...

"Il faudra que leurs partis acceptent de se mettre d'accord sur BHV, l'élargissement. Tous les partis francophones parlent de l'élargissement. Bref, chacun devra y mettre du sien."

Qui sera à la table pour les francophones ?

"Nous y réfléchissons. Nous ne ralentissons pas les débats, mais les francophones ne feront connaître leur délégation au dialogue que lorsque tous les partis flamands auront confirmé leur participation."

Au congrès du FDF, Olivier Maingain a plaidé pour que Didier Gosuin soit tête de liste aux régionales...

"Cela se décidera fin octobre. Tout ce que je puis dire, c'est que Didier Gosuin sera parmi les têtes de liste."

Il y a un débat sur la circonscription unique. Vous voulez aller plus loin ?

"Je suis favorable à une circonscription francophone. Les élus devraient rendre des comptes de manière plus complète dans ce cas-là. Cela permettrait de lutter contre le sous-régionalisme."



© La Dernière Heure 2008