Les syndicats ne l'excluent pas. Une importante réunion de conciliation a ainsi lieu ce mardi pour tenter de mettre d'accord direction et syndicats de la compagie aérienne belge. Et c'est un peu la réunion de la dernière chance, selon les syndicats. "Les négociations concernant les salaires et les horaires de travail du personnel de cabine ont été au bout du bout en interne", déplore Didier Lebbe, permanent à la CNE.

Si la conciliation arrive à arranger les deux parties, tant mieux. Si elle échoue, la convention du secteur prévoit que les syndicats peuvent envoyer un préavis de grève après sept jours". Pour rappel, dans son plan de restructuration de 2020 visant à sauver la compagnie, en pleine dérive au début de la pandémie du Covid, la direction avait demandé davantage de flexibilité au personnel de cabine. Les salaires des hôtesses et stewards avaient aussi été diminués. "Un nouvel engagé chez Brussels Airlines gagne désormais le minimum légal, à peine plus que chez Ryanair", dénonce M. Lebbe.