Le retour aux affaires de la bourgmestre CD&V a été annoncé dimanche par le journal 'Het Belang van Limburg', alors que l'enquête sur les circonstances de ces vaccinations est toujours en cours.

La première échevine de Saint-Trond, Ingrid Kempeneers, a expliqué au quotidien limbourgeois que "Veerle Heeren reprendra vendredi sa fonction de bourgmestre".

Mme Heeren avait annoncé le 10 mai dernier faire un pas de côté, sous la pression de ses partenaires de coalition, la N-VA et l'Open Vld . Elle avait produit un certificat qui expire le 15 juillet.

La bourgmestre avait admis lors d'un conseil communal en visioconférence avoir transmis le nom de treize 13 personnes de son entourage direct pour bénéficier des doses excédentaires du centre de vaccination. Elle avait reconnu son erreur mais souligné qu'elle avait été commise avec l'intention de faire le bien pour que des vaccins de restent pas inutilisés. Veerle Heeren réfute l'idée qu'il y aurait eu pression politique pour privilégier certaines personnes".

Elle ne souhaite pas attendre les résultats d'une enquête ouverte par l'agence flamande d'audit (Audit Vlaanderen) qui devrait être terminée, selon les dernières informations disponible, fin juillet ou début août. Ce n'est qu'un fois que ces résultats seront connus que le gouverneur du Limbourg, Jos Lantmeeters, remettra un avis au ministre flamand des Affaires intérieures, Bart Somers (Open Vld). Ce dernier pourrait infliger une sanction à Mme Heeren: soit une suspension temporaire, soit un classement sans suite.

L'opposition socialiste trudonnaire a protesté lundi contre le retour de la bourgmestre, affirmant qu'elle "témoigne d'une incroyable arrogance", selon l'expression du député flamand et conseiller communal Ludwig Vandenhove (Vooruit) - un ancien bourgmestre de la ville.

Il a souligné qu'il était préférable d'attendre les résultats de l'audit et de voir si des sanctions seraient prononcées.