Muriel Lecocq, une maman namuroise de 34 ans est décédée après avoir été contaminée au coronavirus lors de sa grossesse. Elle est tombée malade en mai et selon le récit de son mari Tarik Akharmouch dans le journal Sudpresse son état s'est très vite dégradé. Après une semaine passée à la maison, alors qu'"elle toussait de plus en plus et s'essoufflait de plus en plus vite", elle est entrée à l'hôpital ou après trois jours passés en maternité, elle rejoint les soins intensifs. Quelques jours plus tard, lors de l'accouchement, elle a dû être placée en coma artificiel suite à un arrêt cardiaque. Elle décédera deux semaines plus tard.

Certains experts interrogés par Het Nieuwsblad réagissent à cette triste histoire en rappelant l'importance pour les femmes enceintes de se faire vacciner. Gilbert Donders, professeur de maladies infectieuses gynécologiques à l'Université d'Anvers et gynécologue au RZ Tienen, explique au quotidien flamand : "Le risque de maladie grave est significativement plus élevé chez les femmes enceintes que chez les femmes qui ne le sont pas. Le risque de décès est 70 % plus élevé, le risque d'admission en soins intensifs est 200 % plus élevé. L'histoire de cette femme ne me surprend vraiment pas, car c'est un très gros problème." Le gynécologue souligne ensuite qu'il est plus difficile de ventiler une femme enceinte "parce que l'enfant pousse contre le diaphragme. Cela devient alors un obstacle et la ventilation est très difficile." Ce qui augmente le risque d'accouchement prématuré pour sauver les mères. 

Geert Meyfroidt, médecin intensiviste à l'UZ Leuven se joint à Gilbert Donders  pour souligner l'importance pour les femmes enceinte de se faire vacciner et "qu'elles restent prudentes en respectant les mesures de distanciation."