Nous voulons envoyer un signal clair qu'il y a aussi une autre Ostende", indiquent lundi les organisateurs. Le 30 août, quelque 300 manifestants ont pris part à une marche contre l'impunité à Ostende. Ils voulaient notamment exprimer leur inquiétude face à certains incidents violents survenus à la Côte cet été. La manifestation était interdite mais avait néanmoins été tolérée. 

"Pendant la marche, de nombreux slogans racistes ont été entendus", souligne Len Lavens, co-organisateur de la marche contre le racisme. "Même lorsque certains d'entre eux ont fait un salut hitlérien, la police n'est pas intervenue. De nombreux démocrates sont inquiets. Il est important de montrer qu'Ostende est une ville ouverte et démocratique."

Une dizaine d'organisations appellent donc à une marche pour la démocratie et contre le racisme et la violence le 27 septembre. Elle n'est toutefois pas officiellement autorisée. "En cette période d'épidémie de coronavirus, nous ne pouvons pas autoriser de tels rassemblements", explique le cabinet du bourgmestre Bart Tommelein (Open Vld). "Ils sont interdits et présentent un risque pour la santé publique. Si l'action se déroule quand même, un PV sera dressé."