Le risque pour des personnes ayant déjà contracté l'infection au coronavirus d'en contaminer d'autres "par un virus qui ferait comme un ricochet sur leurs voies respiratoires" mais sans les atteindre elles personnellement "existe très clairement", met en garde lundi le porte-parole interfédéral Covid-19, Yves Van Laethem. "On ne connaît toutefois pas sa fréquence." La majorité des personnes déjà contaminées gardent une immunité au moins durant les six mois qui suivent, précise-t-il. Des études sont encore en cours pour savoir jusqu'à quand cette immunité peut persister. "Il est très rare de faire un nouvel épisode. Cela arrive, mais il est rarement sévère ou plus sévère que le premier."

Par contre, il est actuellement "difficile de savoir si une personne qui a fait la maladie a assez d'immunité au niveau de ses voies respiratoires pour y bloquer immédiatement le virus" et ainsi éviter d'en contaminer une autre, explique Yves Van Laethem. La question de la fréquence de ce risque se pose encore également pour les vaccins.

"Ce qu'on peut dire, c'est qu'on estime que ces personnes sont sans doute moins infectantes car pas ou peu de virus passe par leur pharynx et durant moins longtemps. Mais on ne peut pas exclure qu'elles puissent servir de transmission", conclut-il.

Les personnes déjà contaminées doivent donc respecter "les mêmes mesures de protection que les autres".