Belgique

L'entourage d'une Anversoise de 90 ans a introduit une plainte auprès du SPF Santé publique après qu'un médecin a refusé de lui venir en aide mercredi soir en raison de son origine juive, rapporte jeudi le site Joods Actueel. 


Le SPF a confirmé avoir reçu une telle plainte. Le fils de la dame âgée a appelé mercredi soir un médecin de garde afin de demander une assistance pour sa mère souffrant d'une fracture à une côte. Le médecin au bout du fil aurait dit qu'il refusait de se rendre chez la patiente. "Envoyez-la quelques heures à Gaza. Après, elle ne ressentira plus la douleur", aurait-il déclaré au cours d'une seconde conversation téléphonique. Le fils a alors contacté un conseiller du district d'Anvers et ami de la famille, Samuel Markowitz, qui a appelé à son tour le médecin en question.

"J'ai donné la possibilité à cet homme de raconter sa version des faits, mais il a refusé", a déclaré le conseiller. La famille a ensuite introduit une plainte auprès du SPF Santé Publique.

Ce dernier a confirmé jeudi avoir reçu une plainte de ce type et indiqué qu'elle serait transmise à l'Ordre des Médecins et au parquet d'Anvers. Le SPF Santé publique n'a pas fait davantage de commentaires.

L'association des médecins généralistes d'Avers a entre-temps déclaré dans un communiqué qu'elle "déplorait l'incident" et suggère au médecin "de présenter ses excuses à la patiente". "Qu'un médecin tienne dans le cadre de l'exercice de ses fonctions de tels propos, sans aucun lien avec la médecine, ne peut être toléré", ajoute l'association.


"Envoyez-la donc à Gaza"

Alors qu'il est de garde mercredi soir, un médecin flamand reçoit un coup de fil. Un homme explique que sa mère Bertha Klein, nonante ans, souffre d'une fracture des côtes et a besoin d'aide médicale. Le nom de famille de la vieille dame, son adresse à Anvers : tout indique que la patiente est juive.

"Je ne viens pas" répond fermement le médecin, avant de couper court à la conversation en raccrochant sans autre forme de procès, raconte le site Joods Actueel. Préoccupé par l'état de sa mère, le fils rappelle le médecin de garde, qui répond: "Envoyez-la donc quelques heures dans la bande de Gaza, elle ne sentira plus la douleur."

Sous le choc, la famille appelle alors Samuel Markowitz, conseiller communal Open VLD à Anvers et ambulancier de profession. Celui-ci affirme que le médecin ne peut légalement pas refuser un patient, et l'appelle lui-même pour le confronter à ses dires. Le médecin a reconnu les faits, expliquant avoir réagi sous le coup de l'émotion. Ce qui n'a pas empêché le petit-fils de Bertha de porter plainte auprès de la police pour racisme et xénophobie.