Plus de 27.000 Belges sont actuellement coincés à l'étranger à cause de la crise causée par le Coronavirus. Dans plusieurs pays, certains d'entre eux se retrouvent sans solution de rapatriement.

Si la période est au confinement en Belgique, de nombreux compatriotes demeurent bloqués à l'étranger à cause de la situation générée par la crise sanitaire du Covid-19. Selon les chiffres les plus récents délivrés par le ministre des affaires étrangères, Philippe Goffin, ils seraient un peu plus de 27.000 à être bloqués à l'étranger.

Lui-même bloqué au Maroc et revenu en Belgique depuis peu, Gautier a eu une idée : créer une plateforme en ligne pour aider tous les Belges expatriés partout dans le monde et désireux de rentrer au pays.

"J'ai décidé de la nommer les Belges Corona-coincés. Elle est désormais très largement relayée sur Facebook notamment et je suis disponible par mail à tout moment et je suis en ligne avec M. Goffin toutes les trois heures au téléphone, il se montre volontaire et très disponible pour aider ces personnes. Il me relate et me transfère le maximum d'informations. Ce qui permet de débloquer de nombreuses situations et donne différent chemin possible pour revenir chez nous, car il faut savoir qu'il y a des incertitudes très prenantes pour ces Belges coincés à l'étranger", détaille cet artiste et créateur dans la vie de tous les jours.

Le Pérou comme pays le plus problématique

Et le premier constat, c'est que la situation varie d'un pays à un autre en fonction de la diplomatie en place. "La question qui revient le plus c'est quel choix je dois faire une fois que je suis confiné dans un pays ? Ce qu'il faut savoir, c'est qu'actuellement, il est possible de rallier la Belgique seulement via Paris et Munich. On peut trouver des lignes de bus mais sinon depuis les autres capitales, c'est beaucoup plus complexe voire impossible. Et il faut surtout éviter les retours via l'Espagne, certains ont tenté en disant qu'ils se rapprocheraient mais ils sont maintenant dans différents aéroports là-bas".

Et ceux qui arrivent par Paris peuvent revenir en Belgique en voiture si quelqu'un seul vient les chercher, et ce pour maximum deux passagers. D'ailleurs, quels sont les conseils à suivre pour se débloquer au plus vite ?

"Il faut déjà s'inscrire sur "travellers online" pour vous manifester. Le premier message, c'est vraiment qu'ils doivent se faire connaître à l'étranger. Cela permet au gouvernement belge et aux ambassades de faire pression sur le pays afin d’affréter un vol, et d'avoir un impact sur le prix car actuellement, les tarifs sont hors de prix, mais plus les Belges se manifestent à l'étranger, plus il pourra y avoir une pression pour s'organiser de la manière la plus coûteuse. Ensuite, il faut éviter les vols vers l'Espagne et Italie, privilégier les vols commerciaux s'il y en a des directs vers Bruxelles ou Paris ou Munich (puis se rendre en bus vers Bruxelles, c'est ce qui est possible pour l'instant). Il est également important de rester confiné si possible plutôt que de se rendre à l'aéroport sans billet, les gens peuvent également écrire un mail à info@philippegoffin.be, ce qui est ensuite relayé aux ambassades correspondantes", explique Gautier Jansen.

© DR

"La situation commence à me tracasser"

Le créateur du groupe des Belges "Corona-coincés" imagine même la mise en place d'une plateforme de dons en ligne pour aider les personnes dans le besoin à l'étranger. "Les coûts des billets d'avions sont parfois très élevés ! Certaines compagnies en profitent et je trouve ça scandaleux, cela devrait même être gratuit. On a pensé à faire comme pour l'après Notre-Dame à Paris en mettant en place une cagnotte pour rassembler le plus d'argent possible".

Et actuellement, un pays pose particulièrement problème au niveau de la coopération. "Concernant le Pérou, c'est très compliqué. Les frontières sont totalement bloquées ( décision apparemment unilatérale) ainsi que le trafic aérien. Plusieurs pays d'Europe s'allient pour négocier leur rapatriement . Ce n'est pas gagné car le déplacement d'une ville à l'autre est intercepté par les forces de l'ordre. Hier, la diplomatie belge s'est alliée avec d'autres ministères européens pour faire pression afin de trouver des solutions. On peut tous intervenir et avoir notre rôle à jouer, au plus il y aura de belges inscrits sur la plate-forme travellers online, au mieux on pourra faire pression au niveau diplomatique pour les rapatrier. Il y aussi des Belges coincés au Chili, au Sénégal, le plus important est désormais de suivre cette procédure"

© DR

Bloquée en Nouvelle-Zélande, Justine commence d'ailleurs à trouver le temps long. "Je ne suis pas du genre à stresser mais pourtant la situation commence à me tracasser.. Je suis actuellement en Nouvelle-Zélande. Je devais rentrer en Australie le 25 mars (j'y suis depuis plus d'1 an et demi) mais je ne suis pas autorisée. Je cherche un vol vers la Belgique mais je ne trouve rien, les seuls disponibles sont à des prix affolants. Je commence du coup à me rendre compte que je vais être coincée à Auckland", craint-elle.