L'entreprise invoque des "changements de comportements d'achat" et une "incertitude persistante" en raison de la crise sanitaire. A l'échelle européenne, 1.200 postes vont disparaître, selon des sources syndicales. La restructuration en Belgique concerne "principalement l'organisation technique avec les distributeurs automatiques (basée à Londerzeel) et certaines fonctions de support (qui oeuvrent pour l'ensemble des sites) qui collaboreront plus étroitement entre les différents pays", a précisé la société.

Vingt-quatre emplois sont menacés, sur un total de plus de 2.200 en Belgique.

L'entreprise assure démarrer la concertation sociale avec l'objectif d'éviter les licenciements secs.

Coca-Cola European Partners compte, en Belgique et au Luxembourg, six centres de distribution (Gand, Anvers, Hasselt, Heppignies, Chaudfontaine et Howald), un siège à Anderlecht, ainsi qu'un centre de services techniques pour les systèmes de réfrigération à Londerzeel.

En Europe, les sites britanniques devraient être les plus touchés, via l'externalisation de services informatiques vers la Bulgarie, ainsi que les usines en Espagne et en Allemagne, a indiqué un responsable syndical à l'issue d'un comité central européen d'entreprise.

Les trois pays les plus touchés seront la Grande-Bretagne, l'Allemagne et l'Espagne, a-t-il ajouté.