La Wallonie occupe la première place dans la catégorie des Belges partiellement vaccinés (ayant reçu une première dose de vaccin). Pour les plus de 18 ans, on tourne en effet autour de 45 % en Wallonie contre 35 % à Bruxelles et 42 % en Flandre. "La différence, c’est qu’en Wallonie on utilise les listes d’attente pour vacciner la population. On vaccine donc tout le monde, alors qu’en Flandre on vaccine essentiellement les publics prioritaires. La région flamande va donc rattraper la Wallonie d’ici quelque temps, mais il faut rappeler que ce qui compte, c’est de vacciner un maximum de personnes pour atteindre l’immunité de masse", explique Jean-Michel Dogné, membre de la task force vaccination.

Concernant le taux de vaccination des plus de 85 ans, il s’élève par exemple à 95 % en Flandre, contre 80% en Wallonie.

D’après le site web mis en ligne ce mardi par l’Aviq reprenant les données détaillées dans la région, on remarque certaines disparités entre les villes. Pour les plus de 65 ans, le taux de vaccination pour la première dose ne dépasse pas 75 % à Bruxelles, contre 88 % à Namur. À Bruxelles, on constate aussi des taux largement inférieurs à ceux de la Flandre, notamment à Saint-Josse et Anderlecht. "Il y a un décalage entre certains groupes de population selon le quartier et pour des raisons sociodémographiques. Historiquement, la Flandre est moins hésitante d’un point de vue vaccinal. Dans l’espace francophone, il y a toute une série de communautés plus réfractaires au vaccin et cela n’est pas dû à une faillite politique ou organisationnelle. Mais nous restons positifs pour Bruxelles et la Wallonie car la volonté de se faire vacciner est bien là, il faut tenir compte de chaque population, avec ses spécificités, et communiquer efficacement", conclut un membre de la task force.