Belgique La serveuse de Délifrance, la dernière à leur avoir parlé, raconte son incroyable 22 mars 2016.

Cela faisait des années que Valérie travaillait à Brussels Airport pour Autogrill, la maison-mère de Délifrance.

Ce matin-là, on l’avait affectée à la sandwicherie installée dans le hall des départs.

C’était le mardi 22 mars 2016. Elle avait pris son service à 7 h. Valérie prenait les commandes.

Dans la file à servir, trois messieurs attendaient leur tour.

À droite, mais en retrait, un homme en blanc avec un chapeau. Devant elle, celui qui a commandé les cafés. "Un baraqué."

C’est son témoignage que Valérie Mbokanga, la dernière à avoir parlé aux terroristes de Zaventem qu’elle a servis quelques instants plus tôt, accepte de nous livrer, ce 22 mars 2019, trois ans après.

(...)