Belgique Les vitesses atteintes par ce nouveau type de véhicule peuvent être dangereuses pour les plus âgés.

Le vélo électrique connaît un succès énorme dans notre pays, surtout chez les seniors, précise l’IBSR.

Et en deux jours, pas moins de trois seniors ont perdu la vie suite à des chutes en vélos électriques.

Les circonstances exactes de trois accidents mortels - à Adegem, Scheldewindeke et Wuustwezel - doivent encore être étudiées, il est vrai, mais ces personnes âgées, ont toutes été victimes d’un accident de vélo électrique.

Le débat est donc de savoir si les personnes âgées jouent avec leur vie sur un E-bike.

"Auparavant, ces fractures, nous les remarquions en particulier sur des motards. Mais maintenant, cela arrive de plus en plus souvent avec des cyclistes", explique Stefaan Nijs, traumatologue à l’UZ Leuven et le phénomène E-bike n’y est pas pour rien. "C’est parce qu’il y a plus de cyclistes et qu’ils sont plus rapides. Ça s’explique aussi par la popularité croissante de la bicyclette électrique. Cela occasionne des chutes à des vitesses élevées et donc des blessures plus graves qu’un vélo ordinaire. Le risque est plus élevé pour les personnes âgées. Comme elles vieillissent, leur réactivité diminue et leurs os sont plus fragiles. Parce qu’elles ont moins de réserves ou prennent des anticoagulants, elles sont plus vite menacées de mort en raison de la perte de sang que peut générer un accident."

Pour Benoit Godart de l’IBSR, ce n’est pas forcément une question de vitesse. "Les vélos électriques sont bridés à 18 km/h mais ils sont plus nerveux. La mise en route est bien plus sèche que sur un vélo normal et donc, le maniement peut réclamer d’autres compétences."

Le spécialiste de la sécurité routière donne deux conseils pour éviter d’autres drames. "Il faut prendre des précautions quand on monte sur ces vélos électriques. Il faut s’aguerrir en faisant des petits trajets sur des routes qu’on connaît. Mais le plus important, c’est de porter un casque. Surtout pour les seniors qui veulent encore pratiquer ce mode de déplacement."

Maarten Matienko, du VAB, explique : "Une étude néerlandaise sur les accidents de vélo a montré que dans deux accidents sur cinq, le poids de la bicyclette peut avoir contribué à la chute ou à l’accident. Par conséquent, il est important que les fournisseurs offrent des informations correctes sur les aspects de sécurité, de sorte que le client peut acheter un vélo qui lui convient. Mais cela fait souvent défaut."