A l'instar de la Wallonie, la Fédération Wallonie-Bruxelles et la Région bruxelloise, la Flandre se dirige-t-elle vers un durcissement des mesures sur son territoire? La question était sur toutes les lèvres ce dimanche.

Invité sur le plateau de De Zevende Dag sur la VRT, le ministre-président flamand Jan Jambon (N-VA) n'a pas exclu l'hypothèse de règles plus strictes en Flandre, mais il a tout de même voulu jouer la carte de la prudence: "Il faudra 10 à 14 jours pour voir l'effet des mesures prises lors du dernier comité de concertation", a déclaré le nationaliste. "Voyons d'abord si l'effet (de ces mesures) se transforme également en une inflexion de la courbe". En cas d'échec de réduction de cette courbe des contaminations, Jan Jambon a reconnu qu'il faudrait alors "procéder à des ajustements".

Le ministre flamand de la Jeunesse et de Bruxelles, Benjamin Dalle (CD&V), ne prédit pas non plus de durcissement supplémentaire dans les prochains jours. "Il n'en est pas question pour l'instant", a-t-il déclaré dans l'émission De Ochtend sur Radio 1. "La situation est très grave dans tout le pays", a-t-il reconnu, mais selon lui, "les chiffres sont encore plus dramatiques à Bruxelles". 

L'écologiste flamande Petra De Sutter s'est quant à elle montrée davantage pessimiste: "La Flandre n'aura pas d'autre choix que de prendre des mesures supplémentaires", a-t-elle déclaré sur la VRT.