Cette journée de démarques et d'offres promotionnelles se déroule vendredi prochain alors que les commerces non essentiels sont fermés au public et ne sont accessibles qu'en ligne. Elle risque d'avantager les grandes enseignes et les sociétés de commerce en ligne au détriment des commerces traditionnels, redoute la députée.

"Déjà en temps ordinaire, cette journée est un hymne à la surconsommation et regorge d'offres soi-disant alléchantes. Mais, ici, dans le contexte actuel, va-t-on remettre une couche supplémentaire sur nos commerces pour les étrangler? Le gouvernement belge pourrait lui aussi négocier un report de la date et offrir une mesure de soutien forte", a-t-elle expliqué à l'Agence Belga.

Ce report devrait, selon elle, intervenir idéalement une semaine après la réouverture des magasins, à une date qui n'est pas encore fixée.

Hasard du calendrier, c'est le vendredi 27 novembre que doit se tenir un nouveau comité de concertation au cours duquel la mesure de fermeture des commerces non essentiels doit être évaluée.

Le Black Friday attire de nombreux consommateurs. Selon les chiffres cités par Mme Matz, l'an dernier, le nombre de transactions en ligne a augmenté ce jour-là de 25% par rapport à un vendredi ordinaire.