Dans un contexte où les fermetures de classes et les quarantaines d’élèves semblent se multiplier à vue d’œil, la ministre de l’Éducation Caroline Désir (PS) se veut rassurante quant à une éventuelle fermeture anticipée des écoles. La ministre s’oppose en effet fermement à ce scénario tout comme à celui d’un retour à un enseignement hybride.

"Il n’y a en tout cas pas de fermeture anticipée des écoles ou de passage à l’enseignement à distance sur la table à ce stade. Je pense qu’on doit tout faire pour éviter une mesure générale de ce type."

La ministre rappelle par ailleurs que les pouvoirs organisateurs sont libres de fermer des classes si la situation devient trop compliquée à gérer pour des raisons sanitaires ou pédagogiques.

"Les autorités sanitaires peuvent fermer une classe ou école pour des raisons de santé, mais les pouvoirs organisateurs peuvent aussi le faire pour raison organisationnelle. Ça veut dire que si les choses deviennent trop compliquées à organiser sur le plan de la continuité des apprentissages parce qu’on a trop de professeurs absents, un pouvoir organisateur peut fermer quelques jours pour faire refroidir le système et retrouver une stabilité. J’ai confiance en eux, jamais ce n’est fait de gaieté de cœur et ils ont cette souplesse qu’ils peuvent utiliser dans l’intérêt du système."