"Pour faire face à la crise climatique et réduire notre dépendance aux (onéreuses) énergies fossiles, des transports publics de qualité sont indispensables. Cette vision ferroviaire inspirée du modèle suisse est un grand pas dans cette direction. Investir dans ce domaine, c'est investir dans l'avenir", déclare Carine Thibaut, porte-parole de Greenpeace Belgique.

"Avec un service meilleur et plus fiable, les chemins de fer représenteront une vraie alternative aux voitures et aux camions en Belgique. Les citoyens, l'environnement et le climat vont en profiter", déclare Pierre Courbe, chargé de mission mobilité chez Inter-Environnement Wallonie.

"En plus d'une meilleure offre, les chemins de fer doivent travailler à fournir un meilleur service au voyageur. La vision à long terme accorde une attention particulière à une tarification attractive et transparente, à la fourniture d'informations et à l'accessibilité. Aujourd'hui, ce sont toujours des points de travail pour la SNCB", estime Miguel Vertriest, responsable politique de Netwerk Duurzame Mobiliteit.

"En tant qu'association d'usagers, nous saluons toute décision qui place le train comme colonne vertébrale des transports publics. Une vision à long terme est nécessaire pour pouvoir mettre en œuvre une politique cohérente à court terme. Nous espérons que le gouvernement fédéral mettra également à disposition des fonds pour l'entretien et la modernisation de nos chemins de fer. Cette décision offre également des possibilités d'améliorer la qualité des transports urbains et régionaux. Après tout, des jonctions bien choisies permettent des connexions fiables entre les trains, d'une part, et les bus, trams et métros, d'autre part", conclut Kees Smilde, porte-parole de TreinTramBus.