Sur la plate-forme Nextstrain, sur laquelle des chercheurs internationaux téléchargent des séquences génomiques du sars-CoV-2 et les classent par arbre phylogénétique, il y a déjà au moins vingt séquences différentes que les laboratoires belges ont trouvées. Celles-ci démontrent l'importation du variant britannique pendant les vacances de Noël ou les jours qui ont suivi. Les génomes appartiennent tous au variant britannique, mais montrent de petites différences, ce qui permet de savoir si les infections sont liées.

Sur Twitter, Emma Hodcroft, chercheuse à l'Université de Berne (Suisse) et collaboratrice de Nextstrain, souligne la forte diversité des séquences récemment ajoutées en provenance de Belgique, qui, selon elle, fait état d'une multitude d'introductions.

"Cela ressemble à la semaine de Carnaval de 2020, avec des introductions en raison des voyages qui ont provoqué des clusters à travers tout le pays. Comme si nous n'avions rien appris de nos erreurs de l'an dernier", a ajouté à ce propos Piet Maes, professeur de virologie à l'Institut rega (KU Leuven)

Heureusement, toutes les séquences de la variante britannique que M. Maes et ses collègues d'autres laboratoires ont récolté ne se transforment pas en clusters.