Un chiffre assez impressionnant. 

Au moyen de 47 vols, le SPF Affaires étrangères a rapatrié plus de 9.000 personnes, dont 7.750 nationaux, vers la Belgique depuis le début de la crise pandémique, dont un tiers au départ du Maroc, a indiqué mardi le ministre des Affaires étrangères Philippe Goffin (MR) en commission de la Chambre.

Par ailleurs, 2.430 Belges ont profité d'un retour assuré par un autre pays européen organisé sur base d'un accord communautaire de protection civile. "L'Europe a fonctionné et a permis à des ressortissants européens de rentrer au pays", a souligné le chef de la diplomatie belge. Celui-ci a aussi salué le travail des différents personnels du SPF Affaires étrangères qui ont effectué un "travail colossal" pour mener à bien ces rapatriements. Il a toutefois reconnu que tous les Belges dispersés aux quatre coins du monde ne pourront pas tous être ramenés au pays. Interpellé par plusieurs députés sur les rapatriements depuis le Maroc, M. Goffin a rejeté toute critique sur la mise en œuvre de ceux-ci. Pas moins de 7 vols, le premier dès le 18 mars et le dernier en date ce 15 mai, ont été organisés vers le royaume chérifien. Au total, 3.050 personnes ont été rapatriées vers la Belgique grâce à ceux-ci. M. Goffin est revenu devant les députés sur les négociations menées avec son homologue marocain concernant le retour des bi-nationaux. Après un accord sur des critères humanitaires et sociaux, le Maroc a finalement approuvé des listes de personnes pouvant quitter le pays. Le ministre a toutefois reconnu qu'il subsistait à ce jour des personnes "bloquées" au Maroc souhaitant rallier la Belgique. "Les opérations de rapatriement vont être poursuivies sur base des mêmes critères et des listes si nous arrivons à obtenir des vols commerciaux forcés", a-t-il assuré.