Belgique Mais oui, notre pays a bien des atouts à faire valoir.

Ils débarquent en Belgique, qui pour étudier, qui pour travailler. Ils n’ont pas forcément une idée très précise de ce qui les attend : à peine 1 % des expats se décident à venir dans le plat pays par intérêt pour notre héritage culturel. La Belgique n’est pas vraiment l’Italie.

Et pourtant, cette petite Belgique, ils l’apprécient beaucoup, ces expats, qu’il s’agisse d’étudiants de passage ou de personnes mettant le cap sur Bruxelles pour le boulot.

Ainsi, pas moins de 96 % des jeunes expatriés entre 18 et 28 ans apprécient leur vie d’expatrié en Belgique, selon une enquête inédite menée par le groupe de réflexion ThinkYoung pour le compte de BNP Paribas Fortis.

Cette enquête menée dans 7 pays européens l’a été auprès d’expats européens, mais également venant d’autres horizons géographiques.

Les étudiants arrivant en Belgique viennent surtout pour l’opportunité proposée par leur université dans leur pays d’origine.

Cela doit aussi leur permettre d’apprendre une autre langue (39 %) ou d’enrichir leur CV (37 %). L’intérêt pour la vie sociale est bien loin de leurs préoccupations premières (7 % le mentionnent).

Cette perception évolue avec le temps. Leur premier motif de satisfaction (pour 2 étudiants sur 3), c’est la qualité de la vie sociale qu’ils peuvent avoir chez nous.

Ils sont près de 60 % à apprécier la qualité de l’enseignement, alors qu’ils étaient à peine 15 % à avoir une opinion favorable avant d’arriver en Belgique. "Une fois qu’ils sont en Belgique, ils trouvent que le niveau des études est très bon", commente Salvatore Orlando, responsable du département expatriés chez BNP Paribas Fortis, lui-même originaire d’Italie.

Pour le boulot, la Belgique est d’ailleurs "the place to be pour sa carrière ", souligne-t-il, enquête à l’appui. Cette fois, 82 % des expats assurent que leur déplacement professionnel leur a permis " de progresser au niveau professionnel".

Contrairement au cliché, l’appât du gain n’est pas leur motivation première. "L’aspect financier est la motivation la moins importante de ces jeunes expatriés ." Un expat sur dix place en effet l’aspect financier comme la motivation de son arrivée en Belgique.