Belgique

Lors d'une conférence de presse, le parquet a révélé que le vol des rapports d'autopsie sur les attentats de Bruxelles ne changera rien à l'avancement du dossier.

En effet, les documents dérobés sont des copies. Les fichiers originaux ont bel et bien été conservés. Un back-up de l'ordinateur qui contenait ces documents précieux a été réalisé. Ces vols n'auront aucun impact sur le dossier. Le parquet avait été informé dès le le lendemain du vol.

Rien n'indique actuellement que le vol des rapports d'autopsie du dossier des attentats de Bruxelles soit spécifiquement lié à ce dossier, a indiqué mercredi en fin de matinée le parquet de Bruxelles. En plus du disque dur sur lequel les rapports d'autopsie étaient enregistrés, d'autres objets ont été volés, a précisé le parquet. Le disque dur contenait également une copie de sauvegarde complète des ordinateurs des médecins légistes.

Qui est le voleur?

L'homme qui a volé les rapports d'autopsie des victimes des attentats du 22 mars, la semaine dernière au parquet de Bruxelles, a été combattant en Syrie, ressort-il de la feuille d'audience de la chambre du conseil de Bruxelles. L'information a été confirmée mercredi à Belga par une source judiciaire. Le disque dur contenant les rapports d'autopsie des victimes des attentats terroristes du 22 mars 2016 a été dérobé la semaine dernière dans le bâtiment du parquet de Bruxelles (Portalis). Le voleur a forcé le bureau d'un médecin légiste au rez-de-chaussée et s'est emparé de plusieurs éléments, dont le disque dur, qui contient des informations sur diverses enquêtes médicales et des rapports d'autopsies de différentes affaires judiciaires en cours.

Un suspect de 27 ans, E.K.I., a été interpellé et placé sous mandat d'arrêt. Il devait comparaître mercredi matin devant la chambre du conseil. Il a donc un antécédent judiciaire (une condamnation de 5 ans avec sursis probatoire) concernant un dossier en matière de terrorisme. L'homme nie toute implication. Des sources judiciaires doutent par ailleurs que le vol ait eu pour objectif de s'emparer spécifiquement du disque dur car d'autres objets ont été dérobés. Le suspect ne présente par ailleurs aucun lien avec les attentats du 22 mars à Bruxelles ou avec les victimes. Le parquet précise qu'il est prématuré de spécifier qu'il ciblait une partie spécifique du dossier (les rapports d'autopsie, en l'occurrence).

L'homme a toutefois été identifié comme étant un ancien combattant de Syrie. Il s'agirait d'Iliass Khayari, condamné à cinq ans de prison en 2016, dont la moitié avec sursis. Enrôlé par le prédicateur bruxellois Jean-Louis Denis et le recruteur de djihadistes Khalid Zerkani, Iliass Khayari avait rejoint la Syrie en décembre 2012. Il était rentré en Belgique en juin 2013, blessé au bras et un poumon perforé par un tir ennemi.

Au cours d'une conversation téléphonique le 3 mai 2013, il avait affirmé avoir décapité un homme en Syrie. Il n'a pas été poursuivi en justice pour cela.

© Iliass Khayari (DR)