Les voyages non essentiels sont interdits dès ce mercredi. La liste des 11 exceptions à la règle a été communiquée.

Depuis ce mercredi 27 janvier et jusqu’au 1er mars, les voyages non essentiels et touristiques sont interdits au départ de la Belgique mais aussi vers notre pays. " Le virus aura ainsi plus de mal à se propager mais nous ne compliquons pas inutilement la tâche de personnes qui doivent se rendre à l’étranger pour leur travail, pour s’occuper d’un membre de leur famille ou pour rendre visite à un partenaire ", souligne la ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden (CD&V). En résumé, tout est interdit, sauf ce qui est permis, à savoir les voyages essentiels. Les voyageurs devront fournir une déclaration sur l’honneur (voir encadré). Onze exceptions sont retenues dans un arrêté ministériel.

1. Les voyages pour raisons professionnelles.

2. Les voyages des diplomates, ministres, chefs d’État et de gouvernement, membres du Parlement européen.

3. Les voyages pour raisons familiales impérieuses, par exemple les visites à un conjoint ou partenaire, qui ne vit pas sous le même toit. Une preuve crédible d’une relation stable et durable peut être demandée. " Cela signifie tout élément qui permet de montrer lors d’un éventuel contrôle que la relation de couple s’inscrit dans le temps, comme des messages sur un téléphone, du courrier, des photos de famille, avoir des enfants ensemble, etc. ", nous précise le porte-parole du centre de crise.

Les voyages dans le cadre de la coparentalité sont également autorisés pour les parents d’enfants en garde partagée. On peut également franchir la frontière pour un enterrement de parents ou d’alliés (beaux-parents, beaux-enfants, etc.) au premier et au deuxième degré mais aussi de proches "dans la mesure où une preuve crédible d’une relation durable avec ce proche peut être fournie".

Les voyages dans le cadre de mariages civils ou religieux de parents ou alliés au premier et au deuxième degré sont aussi autorisés.

4. Les voyages effectués pour des motifs humanitaires, comme l’assistance à une personne âgée, mineure, handicapée ou vulnérable mais aussi les voyages pour des motifs médicaux.

5. Les voyages liés aux études. Cela concerne les voyages d’élèves, étudiants et stagiaires qui suivent une formation dans le cadre de leurs études.

6. Les voyages d’habitants de communes frontalières, de leurs communes voisines directes et des zones frontalières. La définition de zones frontalières est très souple. Les habitants des communes frontalières devront fournir une déclaration sur l’honneur. Les habitants des communes ne touchant pas la frontière devront en plus prouver que ce voyage constitue un déplacement habituel dans le cadre de leur vie quotidienne.

7. Les voyages pour apporter des soins aux animaux.

8. Les voyages dans le cadre d’obligations juridiques, si nécessaires et pour autant que cela ne puisse pas se faire numériquement.

9. Les voyages pour faire effectuer des réparations urgentes dans le cadre de la sécurité du véhicule.

10. Les voyages dans le cadre d’un déménagement.

11. Les voyages de transit.

Déclaration sur l'honneur obligatoire et contrôles renforcés, surtout aux périodes de forte affluence

Une déclaration sur l’honneur et des contrôles de police

"Les trois quarts du temps, les policiers se contenteront de regarder le document", observe Vincent Gilles, du SLFP Police.

La police sera chargée des contrôles à la frontière. "La taskforce Police a élaboré un plan d’action en vue d’organiser un contrôle maximal et coordonné du trafic routier, aérien, maritime et ferroviaire international", assure la ministre de l’Intérieur, Annelies Verlinden. Ce plan d’action prévoit des contrôles de police réguliers, mobiles et statiques à partir de ce mercredi afin de faire respecter l’interdiction des voyages à des fins récréatives et touristiques. "Celui qui passe la frontière en disant qu’il va à la boulangerie avec cinq sacs dans le coffre, ça ne passera pas", pointe la porte-parole de la ministre.

"On sort des fêtes et d’une année lockdown. Les policiers sont fatigués comme tous les citoyens et on n’échappe pas à la maladie. Le monde politique joue sur la peur du gendarme", réagit Vincent Gilles, président du SLFP Police. Une déclaration sur l’honneur sera nécessaire pour les voyages essentiels. Elle a été publiée sur le site info-coronavirus.be. Le voyageur doit remplir un document en ligne qu’il peut imprimer mais aussi conserver sur son smartphone. Il doit y mentionner son nom, son adresse, mais aussi les dates de son déplacement. Et cocher l’un des motifs de voyages essentiels autorisés.

Mais comment contrôler cette déclaration ? "Ce sera une déclaration sur l’honneur : ça veut dire ce que ça veut dire, conclut Vincent Gilles. Si les policiers ont l’attention attirée sur un possible mensonge, ils renverront vers l’autorité compétente. Mais les trois quarts du temps, ils se contenteront de regarder le document."

Hier, le cabinet de la ministre de l’Intérieur ajoutait que e but n’était pas d’inquiéter les promeneurs et autres cyclotouristes qui franchiraient quelque peu la frontière, "Nous resterons humains", a-t-elle promis.

La déclaration sur l'honneur type, à remplir si vous êtes dans l'un des onze cas de figure précités, est à trouver ici.