VW veut les 38 heures

Belgique

Publié le

VW veut les 38 heures
© Benoit Vanzeveren
La direction demande la reprise du travail. Les syndicats exigent des garanties pour l'emploi à Forest
FOREST " On passe de 1.500 à 3.000 emplois sauvés, mais à part ça, on n'a pas appris grand-chose". Deux jours après avoir manifesté dans le centre de Bruxelles, Jan Vanderpoorten (FGTB) se retrouvait à la table d'un nouveau conseil d'entreprise consacré à l'avenir de VW Forest. Aucune nouvelle concrète n'en est sortie, ce qui a suscité un nouveau sentiment de déception chez les travailleurs et leurs syndicats.

On y a par contre discuté de la venue de l'Audi A1 en 2009 et la direction a confirmé le maintien de 3.000 emplois sur le site bruxellois du constructeur allemand. Tout en demandant la reprise du travail à VW Forest. "Mais nous n'avons reçu aucune garantie, réagit Jan Vanderpoorten. Donc la grève continue jusqu'à nouvel ordre". De son côté, la direction de VW communiquait également à la sortie de la réunion. Elle a présenté une série d'idées pour réduire les coûts salariaux à Forest, condition sine qua non pour les aligner à ceux pratiqués à l'usine allemande de Mosel et qu'un nouveau modèle soit confié à l'usine forestoise. Parmi celles-ci : "L'application de la semaine des 38 heures/semaine dans l'usine comme dans le reste du secteur automobile en Belgique", a indiqué Norbert Steingräber, porte-parole de la direction de VW Bruxelles. Celui-ci insiste également sur une réorganisation générale du travail. "De telles mesures sont inéluctables", lâche encore le porte-parole.

La transition entre 2007 et 2009 a également été abordée. La direction a manifesté son souhait de maintenir 3.000 postes de travail "au maximum" via la formation continue et la mise à disposition des travailleurs. La direction souhaite réduire les coûts du travail d'environ 20 %. La question du paiement des travailleurs de VW Forest reste par ailleurs en l'état. La direction maintien sa décision de la semaine dernière et les travailleurs devront vivre avec les 25 euros par jours que leur versent les syndicats.

Une situation qui risque de déstabiliser la mobilisation des grévistes à la veille des fêtes de fin d'année, synonyme de dépenses pour les ménages. Cette perte de salaire incite certaines voix à en appeler à une reprise du travail, a indiqué hier Pascal Van Cauwenberge, délégué CSC." Mais ce n'est que lorsque nous aurons des garanties concrètes et officielles sur l'avenir que nous pourrons envisager une reprise du travail", a-t-il tout de suite précisé. Chez les rouges, on assurait que le front commun syndical n'était pas menacé.



Ma. C.

La direction demande la reprise du travail à Forest. Les syndicats refusent et exigent des garanties pour l'emploi

FOREST " On passe 1.500 à 3.000 emplois sauvés, mais à part ça, on n'a pas appris grand-chose". Deux jours après avoir manifesté dans le centre de Bruxelles, Jan Vanderpoorten (FGTB) se retrouvait à la table d'un nouveau conseil d'entreprise consacré à l'avenir de VW Forest. Aucune nouvelle concrète n'en est sortie, ce qui a suscité un nouveau sentiment de déception chez les travailleurs et leurs syndicats.

On y a par contre discuté de la venue de l'Audi A1 en 2009 et la direction a confirmé le maintien de 3.000 emplois sur le site bruxellois du constructeur allemand. Tout en demandant la reprise du travail à VW Forest. "Mais nous n'avons reçu aucune garantie, réagit Jan Vanderpoorten. Donc la grève continue jusqu'à nouvel ordre".

De son côté, la direction de VW communiquait également à la sortie de la réunion. Elle a présenté une série d'idées pour réduire les coûts salariaux à Forest, condition sine qua non pour les aligner à ceux pratiqués à l'usine allemande de Mosel et qu'un nouveau modèle soit confié à l'usine forestoise. Parmi celles-ci : "l'application de la semaine des 38 heures dans l'usine comme dans le reste du secteur automobile en Belgique", a indiqué Norbert Steingräber, porte-parole de la direction de VW Bruxelles. Celui-ci insiste également sur une réorganisation générale du travail. "De telles mesures sont inéluctables", lâche encore le porte-parole.

La transition entre 2007 et 2009 a également été abordée. La direction a manifesté sont souhait de maintenir 3.000 postes de travail "au maximum" via la formation continue et la mise à disposition des travailleurs. La direction souhaite réduire les coûts du travail d'environ 20 %.

La question du paiement des travailleurs de VW Forest reste par ailleurs en l'état. La direction maintien sa décision de la semaine dernière et les travailleurs devront vivre avec les 25 euros par jours que leur versent les syndicats. Une situation qui risque de déstabiliser la mobilisation des grévistes à la veille des fêtes de fin d'année, synonyme de dépenses pour les ménages.

Cette perte de salaire incite certaines voix à en appeler à une reprise du travail, a indiqué hier Pascal Van Cauwenberge, délégué CSC." Mais ce n'est que lorsque nous aurons des garanties concrètes et officielles sur l'avenir que nous pourrons envisager une reprise du travail", a-t-il tout de suite précisé. Chez les rouges, on assurait que le front commun syndical n'était pas menacé.



Ma. C.



© La Dernière Heure 2006

Newsletter DH Actu

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info