Le scepticisme semble également gagner la propre formation d'Yves Leterme, le CD&V


BRUXELLES L'ancien premier ministre Wilfried Martens commence à regretter d'avoir lancé Yves Leterme à la conquête du leadership fédéral, a-t-il confié à l'hebdomadaire français "Le Nouvel Observateur". "C'est moi qui l'ai poussé à avoir une ambition fédérale.
Je commence à avoir des remords", indique Wilfried Martens.

Fort de ses 800.000 voix, Yves Leterme ambitionne de devenir premier ministre. Le Roi lui avait confié une mission de formateur du gouvernement mais celle-ci a abouti à une impasse. L'étoile de l'ex-ministre président flamand a pâli depuis le 10 juin à un point tel que certains commencent à douter de sa capacité à endosser le rôle de chef de file du gouvernement fédéral.

Le scepticisme semble gagner la propre formation d'Yves Leterme, le CD&V, l'ancien premier ministre Wilfried Martens affirmant cette semaine commencer à avoir des remords de l'avoir lancé dans l'arène fédérale.