Le "tracing" ou "suivi des contacts" a été mis en place en Belgique afin de casser les chaînes de transmission et limiter la propagation du coronavirus. Le principe est simple : lorsqu'un cas positif au Covid-19 est identifié, cette personne reçoit un appel d'un call-center mis en place par les Régions. Il lui est demandé de fournir le nom des personnes avec qui elle a eu des contacts rapprochés au cours des derniers jours. Ces "contacts à haut risque" sont ensuite prévenus, et il leur est demandé de faire un test le plus rapidement possible.

Yves Van Laethem, qui avait dû se mettre en quarantaine fin juillet après avoir été en contact avec une personne positive, a cependant reconnu n'avoir jamais été contacté. Invité du JT de RTL-TVi ce jeudi 27 août, l'ex porte-parole interfédéral a expliqué "faire probablement partie des errements qu'il y a encore eu à certains moments par rapport au tracing". "Au mois de juillet, je n'ai jamais été contacté", a-t-il confirmé. 

"C'est maintenant que le tracing devra montrer toute son efficacité. On a des retours de voyages, des retours de zones dans lesquelles on aurait pas dû voyager. On sait qu'une partie importante des retours de voyageurs infectés viennent de zones hors Europe où on n'aurait normalement pas dû aller. Ce tracing pourrait être plus actif qu'il l'était il y a encore un mois."