En l’espace de quelques semaines, les indications de vaccination ont changé à de multiples reprises concernant le vaccin AstraZeneca. Mardi matin, le responsable de la stratégie sur les vaccins au sein de l’Agence européenne des médicaments (EMA) confirmait dans une interview le lien entre le vaccin anti-Covid du laboratoire AstraZeneca et les thromboses.

Des suspicions sont en effet apparues sur de possibles effets secondaires graves, mais très rares, après l’observation chez des personnes vaccinées avec AstraZeneca de cas de thromboses atypiques. Des dizaines de cas ont déjà été recensées, dont plusieurs se sont soldés par un décès. Au Royaume-Uni, il y a eu 30 cas et sept décès sur un total de 18,1 millions de doses administrées au 24 mars. La plupart de ces cas s’étaient produits chez des personnes de moins de 55 ans, et en majorité des femmes. Elle estimait alors que des analyses supplémentaires étaient nécessaires. Chez nous, l’Agence fédérale des médicaments et produits de santé (AFMPS) a notifié à ce jour six cas d’événements thromboemboliques ou autres affections liées à des caillots sanguins parmi les 191 519 personnes qui ont reçu le vaccin d’AstraZeneca chez nous. Soit une incidence 0,003 %.

Après avoir enquêté, l’EMA a donc annoncé ce mercredi que les caillots sanguins devraient être répertoriés comme effet secondaire "très rare" du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19, tout en estimant que la balance bénéfice/risque reste "positive". Elle a établi "un lien possible avec de très rares cas de caillots sanguins inhabituels avec des plaquettes sanguines basses", a déclaré l’agence basée à Amsterdam dans un communiqué.

"Un impact modéré sur le rythme de la vaccination"

Et aucun facteur de risque spécifique n’a toutefois été identifié, a déclaré la directrice exécutive de l’EMA, Emer Cooke, lors d’une visioconférence. Cette dernière a toutefois précisé en préambule que "les bénéfices du vaccin AstraZeneca pour éviter le Covid-19 dépassaient les risques", sachant que "le Covid 19 est une maladie très sérieuse. Ce vaccin a prouvé qu’il était hautement efficace, qu’il évitait des hospitalisations et sauvait des vies".

Les ministres de la Santé se sont donc réunis en conférence interministérielle ce mercredi afin de se concerter sur l’utilisation du vaccin AstraZeneca en Belgique, après la conférence de presse de l’Agence européenne des médicaments. Certains pays, comme l’Allemagne ou les Pays-Bas ont décidé de ne plus administrer le vaccin de la firme britannico-suédoise aux personnes de moins de 60 ans, des nouveaux cas d’effets secondaires graves étant rapportés sur des patients ayant reçu le vaccin. Tandis que plusieurs scénarios se trouvaient sur la table les autorités belges ont choisi de réserver ce vaccin pour les personnes âgées de 56 ans et plus.

Un revirement qui pourrait avoir un impact sur le rythme de la vaccination chez nous ? Selon Yves Van Laethem, "ce dernier serait modéré et donc tout à fait tolérable. Il n’y aura pas de conséquence majeure sur la vitesse de vaccination au niveau national".