Fermer les écoles pour endiguer la pandémie, Yves Van Laethem est pour. Néanmoins, l'expert regrette le fait que cette décision ne soit pas effective immédiatement. “Trois semaines de repos et puis trois semaines de distance, cela aura un effet. Mais c’est maintenant que l’on veut cet effet supplémentaire. C’est maintenant que l’on veut soulager les hôpitaux, soulager les gens qui travaillent et écrêter le plus rapidement cette quatrième vague”, a expliqué le porte-parole interfédéral Covid-19 à la RTBF.

Au micro de nos confrères de RTL, il mentionne un acte manqué et n'hésite pas à comparer la situation à "un marchandage politique qui a abouti à une décision qui n'est pas scientifique".

“On a commencé par un costume d’été auquel on a ajouté des morceaux aux manches et au pantalon, Codeco après Codeco. Ceci ressemble maintenant à des mesures complètes. À l’exception de quelques situations qui font sourire, ou pleurer, comme on le voudra”, a-t-il ajouté.

Malgré tout, si Yves Van Laethem regrette le fait que les décisions n'aient pas été prises plus rapidement, il reste confiant pour le futur.  "L'augmentation n'est plus que de 2 à 3%. On est clairement dans les jours où la courbe doit s'infléchir. On l'espère qu'elle va vraiment s'infléchir et pas rester sur un plateau. On a déjà probablement l'impact des premières mesures d'il y a quelques jours."