Unilever annonce des bénéfices plantureux, mais supprime 11 % de ses effectifs dans le monde

ROTTERDAM Malgré des bénéfices en hausse de 16 % au deuxième trimestre, Unilever a décidé de donner un nouveau coup d'accélérateur à son plan de restructuration entamé en 2000. Quelque 130 usines et 53.000 emplois avaient déjà été supprimés, mais le groupe a décidé de poursuivre sur sa lancée et a annoncé la suppression de 20.000 postes au cours des quatre années à venir." Essentiellement en Europe , assure-t-on du côté de la direction du groupe à Rotterdam, mais il est encore trop tôt pour en donner le détail."

Unilever assure que cette décision est destinée à "soutenir la croissance du groupe" .

Après s'être lancé dans une réorganisation juridique et financière en Europe en 2005, il compte faire encore 1,5 milliard d'euros d'économies. Il a annoncé, dans ce cadre, des cessions équivalentes à 2 milliards d'euros de son chiffre d'affaires, dont les lessives Wisk et All sur le continent nord-américain. Le groupe se débarrassera de 50 de ses 300 usines. Unilever va aussi simplifier ses structures mondiales en ne gardant que 25 centres de distribution régionaux au lieu de la centaine qui existe aujourd'hui.

À l'instar de son concurrent Danone, Unilever met l'accent sur les produits diététiques comme la boisson Knorr Vie ou le yaourt Frusi, qui viennent compléter sa gamme de produits de soins à la personne. Cette forte créativité combinée à une augmentation des prix, a permis à Unilever de compenser l'augmentation du coût des matières premières.

En Europe, le premier marché d'Unilever, le chiffre d'affaires a progressé de 2,6 % à 7,5 milliards d'euros au premier semestre. Le groupe agroalimentaire se félicite de ses performances aux Pays-Bas, en Italie, en Russie et en Pologne mais déplore des résultats mitigés en Grande-Bretagne, en Allemagne et en France.

Sur le continent américain, le chiffre d'affaires a augmenté de près de 5 %, grâce notamment, au succès des produits de soins aux Etats-Unis, qui compense le déclin de ventes de glace. La progression la plus importante revient à la zone Asie-Afrique, qui représente désormais près de 30 % du chiffre d'affaires d'Unilever. Les ventes y ont augmenté de 11 % sur la première partie de l'exercice, tirées à la hausse par le thé, les glaces et les produits de soins.



© La Dernière Heure 2007