Euros: il faudra être prévoyant

P.D.-D.

Le système de retrait Bancontact s hors d'usage dès la fin d'après-midi le 31 décembre

BRUXELLES Vous voilà prévenus: mieux vaudra, sans doute, être prévoyant le 31 décembre prochain si vous ne désirez pas tomber soudainement en panne de liquidité à l'heure des derniers préparatifs pour le réveillon.

Les quelque 1.242 distributeurs de billets automatiques (ATM) du pays seront en effet tous mis hors d'usage à la fermeture des agences bancaires afin de permettre le chargement des cassettes de billets en euros. `De 16 heures à 24 heures, ces distributeurs resteront silencieux´, a expliqué jeudi Guido Ravoet, directeur général de l'Association belge des banques (ABB).

Dès minuit, heure à laquelle Banksys réactivera la fonction de retrait pour l'ensemble du réseau, il sera alors possible de palper les premiers billets de 20 et 50 euros, seules valeurs qui seront à l'avenir disponibles dans les ATM.

Plusieurs voix s'étaient élevées en faveur d'une transition plus facile en permettant le retrait de billets en euros dès l'après-midi du 31 décembre. `C'eût été une solution idéale´, regrette l'ABB. Mais la Banque centrale européenne est restée intransigeante: les euros pourront être disponibles à partir du 1er janvier à 0 heure, et pas avant.

Et la BCE n'est pas du genre à plaisanter. De fortes amendes sont même prévues en cas de violation de cet embargo. Elles sont modestes lorsque l'ampleur du retrait illégal a été constatée avec certitude. Le contrevenant devra payer 10% du montant indûment retiré.

Mais dans le doute, la BCE ne fait pas dans le détail et prévoit une amende de 10% sur l'ensemble des euros commandés par l'institution financière fautive. Du coup, la facture potentielle peut s'élever en centaines de millions, voire en milliards.

Self-banking en fonction

Mais toute possibilité de retrait de liquide ne sera pas pour autant écartée au cours des dernières heures de l'année 2001. Les réseaux self-banking des banques - 5.000 appareils - continueront pour leur part à fonctionner, jusque 22 heures (Dexia et Bacob) ou (23 heures BBL et Fortis), en distribuant, bien entendu, des billets en francs belges.

Le changement de cassettes sera ensuite effectué dans la plupart des banques. Ainsi, à la BBL, les fêtards en goguette pourront dès 6 heures du matin le 1er janvier retirer des euros. Même heure matinale chez Dexia et Bacob, où les seuls billets de 20 euros seront disponibles le 1er janvier (les 50 à partir du 2).

Chez Fortis Banque, où l'extrême prudence semble avoir été de mise, les billets de 1.000 et 2.000 francs continueront à être distribués toute la journée du 1er janvier. `Cela ne pose pas de problème pour nos clients puisque le franc belge conservera son cours valable jusqu'au 28 février´, explique-t-on chez Fortis.

Les clients de la KBC seront en tout cas les mieux lotis: non seulement les self-banking fonctionnent 24 heures sur 24 mais aucune interruption du service ne sera nécessaire la nuit de la Saint-Sylvestre. A minuit pile, le système informatique permettra au système de puiser automatiquement dans le `réservoir´ de billets en euros.


Hausse des tarifs bancaires?

BRUXELLES `Le client belge va payer´, a prédit l'Association belge des Banques, qui n'a pas manqué de stigmatiser en termes très durs le récent accord européen prévoyant qu'à dater du 1er juillet 2002 les paiements transfrontaliers - à peine 3% des transactions - ne coûteront pas plus chers que les paiements domestiques.
`C'est de l'opportunisme politique´, a même lâché Karel De Boeck, président de l'ABB, tout en reconnaissant que certains frais - 60 euros sur un virement de 100 euros entre la Grèce et l'Irlande, par exemple - étaient `excessifs´.
La démonstration est assez simple: les banques devraient en effet enregistrer un certain manque à gagner, d'où la nécessité de compenser cela par une hausse des tarifs pratiqués sur les opérations domestiques. `Chaque banque devra définir sa position´.
Mais la démonstration ne convainc pas tout le monde. `Il est illogique de prétendre que les coûts des paiements transfrontaliers, paiements aujourd'hui marginaux, seraient une charge insupportable, charge qui doit être compensée par une augmentation des paiements domestiques´, a ainsi souligné le ministre des Affaires économiques Charles Picqué en réponse à une question du sénateur socialiste Francis Poty.
Le ministre Picqué compte tenir à l'oeil les banques, traquer une éventuelle `entente interdite´ en cas de hausse soudaine et générale des tarifs afin de veiller au respect de la concurrence. Et le ministre des Affaires économique d'espérer que le coup de gueule des banques est `une réaction d'humeur´ sans lendemain.

P.D.-D.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be