Durobor doit encore attendre

J. C.

La gobeleterie de Soignies obtient son concordat pour 2 ans. Un seul obstacle: la BBL

MONS

Ce lundi, les travailleurs de la gobeleterie sonégienne Durobor ont reçu la confirmation par le tribunal de commerce de Mons du sursis de concordat définitif accordé par l'entreprise pour une période de 24 mois.

Cette nouvelle positive aurait pu rassurer totalement les responsables de l'entreprise si l'on n'avait appris également lundi matin, le prélèvement de 140 millions de francs (3.470.509,35 €) réalisé récemment par la BBL dans les fonds de l'entreprise, une part jugée trop importante par les responsables syndicaux.

`Il avait été convenu que les créanciers ne pourraient récupérer dans un premier temps que 30% de leurs fonds. À travers ce prélèvement, la BBL s'octroie une part trop importante et met l'entreprise en difficulté par rapport au plan de redressement prévu´

, souligne Robert Wathy, permanent CSC.

Lundi, une action en référé a été introduite auprès du tribunal du commerce de Mons qui devra se prononcer sur la légalité du geste de la BBL. De cette décision, attendue avec impatience par les travailleurs, découleront certainement d'importantes conséquences pour l'avenir de l'entreprise...

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be