Bagages égarés: la carte de crédit à la rescousse

Trois Belges sur quatre ignorent leurs droits lorsqu'ils achètent un ticket de transport. Soit l'un des plus bas d'Europe. Ces droits sont pourtant nombreux et en augmentation.

PATRICK DATH-DELCAMBE
Bagages égarés: la carte de crédit à la rescousse
©Reporters

Vos valises sont restées en rade ? 
Si vous avez réglé le paiement de votre billet d’avion avec votre carte de crédit, vous pourrez bénéficier d’indemnités supplémentaires par rapport à ce qui vous est dû par la compagnie aérienne, indique La Libre Belgique. Ces indemnités commencent à courir à partir d’un retard de 4 heures dans la livraison de vos bagages. 

C’est le cas chez CBC : 250 € par bagage. Et 500 € si le retard par rapport à l’heure d’arrivée des passagers dépasse les 48h. Si vous avez payé avec une Beobank World Travel MasterCard, l’indemnité cumulée peut aller jusqu’à 1 000 euros. Chez BKCP, la Visa Gold interviendra en cas de retard dans la livraison de vos bagages. Chez BNP Paribas Fortis, la carte American Express prévoit une indemnité en cas de de retard des bagages de plus de 4 heures, ou de vol. Même chose chez Belfius Banque si vous êtes titulaire d’une carte MasterCard Platinum. La carte PremiumPlus d’Axa englobe les trajets en Thalys/Eurostar : indemnité si le voyage est retardé de quatre heures ou plus ou est annulé.


Retard, qui paie ?

La directive européenne EU261/2004 est claire : un passager arrivé avec plus de trois heures de retard à destination a droit à une indemnité allant de 250 à 600 euros, pour autant que le vol soit parti ou soit à destination d’un aéroport européen. Les compagnies aériennes peuvent ainsi se retrancher derrière des excuses d’“incidents techniques” pour éviter de payer ces indemnités, dont le montant dépend du nombre de miles parcourus. “Un juge l’a clairement spécifié : un incident technique est un risque normal du métier et ne peut être assimilé à un cas de force majeure” explique Ralph Pais, fondateur de la société Claim it (www.claimit.be), qui se charge, comme d’autres, d’aller chercher les indemnités dues auprès des compagnies récalcitrantes. Bien sûr, vous pouvez vous-même effectuer les démarches. Cela peut prendre du temps. Ou vous pouvez faire appel à Claim it, qui conservera toutefois 25 % du montant de l’indemnité à titre de commission. Si la démarche n’aboutit pas, vous ne devrez rien payer. 


Gare aux factures GSM !

Comme c’est le cas depuis quelques années, le 1er juillet est synonyme de baisse des tarifs pour le roaming ou les services télécoms sans fil, au sein de l’Union européenne. Cette année, c’est pareil ! La Commission européenne maintient la pression sur les coûts et dans quelques jours, la minute d’appel sera facturée au maximum 0,24 euros (contre 0,29 euros). Les appels reçus à l’étranger coûteront au maximum 0,07 euro (contre 0,08 euro en 2012). Les SMS envoyés passent de 0,09 euro maximum à 0,08 euro et les SMS reçus restent gratuits. Reste l’Internet mobile… Ici, le méga (MB) reste très cher : 0,45 euro contre 0,70 euro l’an passé. Mais on parle ici de montants maximum. Si les tarifs (que vous aurez soigneusement consultés) de votre opérateur ous restent encore en travers de la gorge, appelez-le et optez pour un forfait étranger plus confortable. Et n’oubliez pas de le désactiver en revenant de vacances ! Sinon, une fois intallé dans votre chambre d’hôtel, filez dans une librairie et achetez une carte prépayée locale ! 

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be